Jean-Louis Trintignant voit le jour dans le département du Vaucluse, à Piolenc, le 11 décembre 1930.   En 1949, âgé de 19 ans, quand il est étudiant en droit à la faculté d’Aix-en-Provence, il a une révélation en assistant à une représentation de l’Avare de Molière mis en scène par Charles Dullin. Il abandonne aussitôt ses études et s’inscrit aux cours de comédie de Charles Dullin et de Tania Balachova à Paris. Il tente par là de vaincre sa profonde timidité.

Il épouse la comédienne et actrice Stéphane Audran, de son vrai nom, Colette Dacheville. A près leur divorce, celle-ci se remarie avec le réalisateur Claude Chabrol.

En 1951, il débute au théâtre et enchaîne les pièces. Puis il suit les cours de réalisateur de l’Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC). Il ne réalisera son premier film que 20 ans plus tard avec Une journée bien remplie en 1972 et Le Maître-nageur en 1978 qui seront deux échecs. Ses vrais débuts de comédien datent de 1956 où après quelques figurations, il tourne sous la direction de Christian-Jaque le film Si tous les gars du monde. Il est propulsé comme célébrité internationale, en même temps que Brigitte Bardot par le film mythique Et Dieu… créa la femme de Roger Vadim.

Ses trois longues années de service militaire en Allemagne, puis à Alger au cœur du conflit algérien qui lui fait horreur, le marquent profondément. Revenu à la vie civile, il redevient populaire en jouant de façon magistrale Hamlet de Shakespeare au théâtre et renoue avec le cinéma en 1959 grâce à Roger Vadim qui lui offre un rôle important dans son nouveau film sulfureux Les liaisons dangereuses avec Gérard Philipe, Jeanne Moreau, Annette Vadim et Boris Vian…

En 1966 il connaît à nouveau la gloire internationale avec Un homme et une femme de Claude Lelouch, récompensé par la Palme d’or au Festival de Cannes 1966 et les Oscars du meilleur film étranger et du meilleur scénario original 1966.

La même année, il joue dans des films politiquement engagés contre le fascisme et la dictature : Le Combat dans l’île d’Alain Cavalier et Z de Costa-Gavras avec Yves Montand, rôle pour lequel il reçoit le Prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes de 1967. Il enchaîne une impressionnante carrière entre cinéma d’auteur, films grand public et théâtre où il prend souvent des rôles d’anti-héros. Il s’impose parmi les plus grands comédiens de sa génération.

En 1968, il est récompensé du prix d’interprétation au Festival du film de Berlin pour L’homme qui ment de Robbe-Grillet.

Jean-Louis Trintignant épouse l’actrice, scénariste et réalisatrice Nadine Marquand, née à Nice le 11 novembre 1934, fille de Jean Georges Marquand et de Lucienne Fernande Cornilliat.

Jean-Louis tourne de nombreux films sous la réalisation de son épouse, dont il a trois enfants :

1) Marie, née le 21 janvier 1962 à Boulogne-Billancourt et décédée le 1er août 2003 à Neuilly-sur-Seine, est une actrice française. Sa carrière de comédienne a commencé très tôt et devient fructueuse durant les années 1990 notamment grâce à sa prestation dans le film Une affaire de femmes. Elle reçoit cinq nominations aux César. Elle meurt tuée par son compagnon Bertrand Cantat.

2) Pauline, dont la mort brutale en 1966 plonge le couple dans la douleur. Cet épisode sera le sujet d’un film de Nadine Trintignant, dans lequel Jean-Louis devait jouer son propre rôle auprès de Catherine Deneuve. Il refuse le rôle, qui échoît à Marcello Mastroianni ;

3) Vincent Trintignant né le 3 septembre1973, suit le chemin familial et devient acteur, assistant de réalisation et scénariste.

Jean-Louis Trintignant  suit des cours de pilotage dans toutes les écoles françaises et court un temps comme pilote automobile professionnel. Il participe à plusieurs rallyes et courses en circuits notamment pour l’équipe du Star Racing Team sur rallye. Dans les années 1980, âgé de 50 ans, il se retire dans sa maison d’Uzès dans le Gard à 40 km d’Avignon pour vivre en harmonie avec la nature. Lassé par le cinéma, il se fait plus rare sur les écrans. Dans les années 1990, il aborde des personnages misanthropes et cyniques, murés dans leur solitude. En 1986, Claude Lelouch,   lui propose de reprendre son rôle de coureur automobile dans Un homme et une femme : vingt ans déjà dans lequel il retrouve Anouk Aimée. En 1996, à l’image de son oncle Maurice Trintignant retiré de la course automobile dans son domaine viticole de Vergèze à 20 km de Nîmes, il se lance dans une nouvelle aventure et achète le domaine viticole Rouge Garance (hommage à Arletty) de 5 hectares, associé à un couple d’amis, Claudie et Bertrand Cortellini à Saint-Hilaire-d’Ozilhan à 20 km de Nîmes et d’Avignon. Il produit 20.000 bouteilles de Côtes-du-Rhône, appellation villages AOC. Il fait créer l’étiquette de sa première cuvée 1997 par son ami le dessinateur de bande dessinée Enki Bilal. Dix ans après, Rouge Garance est l’un des domaines les mieux notés de la vallée du Rhône. Il rachète et utilise les vieilles barriques du domaine bourguignon de la Romanée Conti pour vinifier son vin. À Uzès, l’acteur laisse la place au gentleman farmer. En 2003, il lit sur scène, derrière son pupitre, les Poèmes à Lou de Guillaume Apollinaire avec sa fille Marie Trintignant. En 2005 il présente son spectacle Jean-Louis Trintignant lit Apollinaire créé avec sa fille Marie, en hommage, au Festival d’Avignon.

Après une longue absence, Jean-Louis Trintignant revient en 2012 dans le film Amour de Michael Haneke. Il obtient grâce à son rôle le César du meilleur acteur, tandis que le film est couronné de succès, obtenant même l’Oscar du meilleur film étranger.

Jean-Louis Trintignant est décédé chez lui au matin du 17 juin 2022 à Collias, dans le Gard, « entouré de ses proches » 

Généalogie simplifiée

1) – Jean-Louis Xavier Trintignant, né le 11 décembre 1930 à  Piolenc (30) décédé le 17 juin 2022 à Collias (30)

2) – Raoul Trintignant, né le 25 août 1898 à Pont-Saint-Esprit (30), décédé le 3 février 1983 à Nîmes (30) 

Marié Marié le 16 mars 1925, Bollène

3) – Claire Tourtin, née le 1er février 1902 à  Bollène (84),décédée le 4 décembre 1969 à Nîmes(30)

Grands-parents de Jean-Louis Xavier Trintignant

4) – Fernand Trintignant, né 21 juillet 1875 à Sainte-Cécile-les-Vignes (84)

Marié le 5 décembre 1897 à Pont-Saint-Esprit (30

5 Marie-Louise Aimée Delaigue, née le 17 mai 1875 à Pont-Saint-Esprit (30

6) – Louis Léon Tourtin, né le 24 mars 1867 à  Pernes-les-Fontaines (84), mercier, négociant, industriel

Marié en juin 1894

7) – Thérèse Constance Cheyssen, née vers 1876 à Avignon(84)

Comments are closed

Avec le Code promo JC7QNECA 40 % de remise

pour les 40 ans de généalogie Magazine sur le site